A 17 ans, il pirate des téléphones pour alimenter des sites pédophiles

le 27/03/2013 à 18:00:00

Cette histoire effarante est malheureusement arrivée récememnt aux Etauts-Unis. Un jeune adolescent vient d'être mis en examen pour distribution d'images pédophiles, obtenues notamment en piratant des téléphones à l'aide d'un malware envoyé par SMS. Une technique redoutable et de plus en plus répandue.


Un malware qui fouille les smartphones


Michael William Cook est un adolescent américain tout ce qu'il y a de plus banal. Du moins il l'était car depuis quelques jours, il est devenu également le suspect numéro un dans une affaire de pédophilie sur le web et être à l'origine de la distribution de photos érotiques mettant en scène des adolescents dénudés. Entre novembre 2012 et janvier 2013, il a ainsi pu récupérer suffisamment de clichés pour alimenter un site pédopornographique avant de se faire arrêter dans son école.


La méthode employée joue sur la crédulité de ses victimes. En envoyant un malware via un SMS signé par "Maxi Focus Photography", le nom de sa société fictive, il est parvenu à entrer dans les stockages des smartphones et télécharger toutes les photos de ses victimes. Le malware lui permettait également de collecter les données de connexion sur les comptes de réseaux sociaux Twitter et Facebook. Tout le matériel pornographique et intime qui a été récupéré lui a servi pour alimenter sa base de données. Les policiers n'ont toutefois pas pu identifier toutes les victimes, seules 8 ont été identifiées et averties suite à la saisie du matériel informatique du suspect. La plus jeune avait 14 ans.


Ce cas de figure aussi tragique soit-il n'est que l'arbre qui cache la forêt. En effet, les mineurs sont plus sujets à répondre aux demandes pseudo commerciales depuis leur téléphone et stockent négligemment des informations personnelles compromettantes sur leurs appareils mobiles. Ils n'ont en plus pas souvent de protection applicative et partagent plus facilement et sans inhibition des photos légères, parfois personnelles, mais souvent compromettantes.


 


Source


Nouvelle gamme antivirus